Bibliographie
 

André GIDE, Voyage au Congo, Le Retour du Tchad, Retour de l'U.R.S.S., Retouches à mon Retour de l'U.R.S.S., Carnets d'Égypte. Préface de Gilles Leroy. Paris : Gallimard, 1993 (coll. « Biblos »), 150 F.

MASSON (Pierre), André Gide. Voyage et écriture. Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 1983, 433 p. [Traite essentiellement de l'imaginaire du voyage, de leur projection dans l'oeuvre littéraire, plus que des voyages effectués].

MASSON (Pierre), « Les voyages d'André Gide. Chronologie sommaire ». BAAG, n°61, janvier 1984, pp. 95-105.

[Cet article a servi de point de départ à la présente rubrique. Il est reproduit ici avec l'autorisation de l'auteur. Il est prévu d'ajouter progressivement, dans l'avenir, précisions et références textuelles relatives à ces voyages.]

 

Chronologie des voyages d'André Gide

par Pierre Masson avec les compléments de Daniel Durosay

 
1888
 

Début octobre : une semaine à Londres, avec Elie Allégret.

Le 2 octobre, André, de façon impromptue, a accompagné à Londres Élie Allégret -- qui n'est pas encore consacré pasteur, contrairement à ce qui est dit d'ordinaire -- pour un séjour d'une semaine. Ce voyage est évoqué dans Ainsi soit-il (repris dans Journal, t. II, éd. 1972, pp. 1190-1). Il devait s'agir pour André d'un moment de détente, accordé avant la préparation intensive de la seconde session de la première partie du baccalauréat, dont l'échéance approchait. Quant à son compagnon, il devait ensuite se rendre en Écosse et y demeurer jusqu'à la fin de l'année, pour y compléter sa formation tant sur le plan théorique que pratique : au Collège des médecins missionnaires d'Edimbourg, il allait recevoir une initiation aux soins médicaux, à la veille de son premier départ pour le Gabon.

 

1889

 

-- Été voyage en Bretagne, « à pied, sac au dos » ( 20 juillet - vers 12 août).

André ayant passsé avec succès sa deuxième partie du baccalauréat dès le 8 juillet 1889, Mme Gide, en manière de récompense, consentit que son fils fît son premier grand voyage presque seul. Ce voyage fut l'occasion d'un affrontement avec l'autorité maternelle. Le choix de la Bretagne résulte d'un compromis. André souhaitait effectuer un voyage en solitaire. Mme Gide optait pour la Suisse ; André, attiré par le précédent de Flaubert, et par la renommée de Renan, motivé aussi par le désir de connaître le pays dont devait être originaire Allain, le héros du roman qu'il avait en préparation &emdash; plus tard, André Walter &emdash; obtint d'aller en Bretagne, en piéton, tandis que Mme Gide suivrait à distance, d'étape en étape. Ce voyage dut commencer vers le 20 juillet et se poursuivre jusque vers le 12 août (dates proposées par B. Duchatelet, « André Gide et la Bretagne (1889-1906) », Cahiers de l'Iroise, octobre-décembre 1970, pp. 182-191, notamment p. 184). De ce premier voyage en Bretagne, Gide a produit plusieurs récits : dans Si le grain ne meurt (I, chap. IX, Pléiade, pp. 519-521), où il est question d'un « carnet de route » ; et dans ses « Notes d'un voyage en Bretagne », publiées d'abord dans La Wallonie (juin, juillet, août 1891), reprises dans les ‘uvres complètes (t. I, pp. 7-22, et plus récemment dans le Journal, t. I, éd. 1996, pp. 78-103, sans les variantes). Quelques feuillets relatifs à un incident de parcours aux environs de Chateaulin s'y sont ajoutés (Journal , t. I, pp. 104-106). Toujours dans le Journal, en date du 20 décembre 1924 (ibid., pp. 1269-70), est évoqué l'acccident du cocher, qui donna à Gide conscience du peu de réalité pour lui du monde extérieur. « D'autres reflets de ce voyage ont passé dans André Walter », précise encore Si le grain ne meurt, (I, chap. IX, p. 520). La lettre d'André à Elie Allégret des 16-20 août 1889 (L'Enfance de l'art, Lettres à Elie Allégret, Gallimard, 1998) fait le récit détaillé de l'itinéraire. Curieusement, cette lettre ne fait aucune allusion aux peintres -- Gauguin et Séruzier -- rencontrés au Pouldu. Gide effectuera deux autres voyages en Bretagne : le premier, en septembre 1891, à Belle-Isle, en compagnie d'Élie, et cette intimité sera pour les deux correspondants, l'occasion de passer au tutoiement (voir L'Enfance de l'art, les lettres 71 et 81) ; le second, du 15 au 30 août 1892, en compagnie d'H. de Régnier (voir ibidem, lettres 88, 89, et 90).

 

1890

 

 

-- Fin mai : dans le Dauphiné, à la recherche d'un hâvre de paix, loin de l'agitation parisienne, pour écrire Les Cahiers d'André Walter : Lyon, Grenoble, Annecy, puis Menthon-Saint-Bernard (fin mai - juillet).

Parti de Paris le 27 mai, Gide a entrepris son premier voyage vraiment en solitaire, motivé par le désir de trouver « la cellule rêvée », &emdash; un lieu propice à la rédaction, trop retardée, des Cahiers d'André Walter. Il se dirige vers la Savoie, gagne Grenoble, puis Allevard (29 mai), cherchant une location. Le 30 mai, il est à Annecy, décidé à s'y fixer, mais il hésite encore entre un appartement à Talloires, et un chalet à Menthon. Il va effectuer un retour rapide à Grenoble, et prévoit de revenir se fixer sur le lac d'Annecy le mardi suivant. La lettre qu'André expédie à sa mère le 30 mai montre qu'aucun arrangement matériel n'est définitivement conclu, et qu'André s'en irrite. Une lettre à Élie Allégret du 31 mai (L'Enfance de l'art, op. cit., lettre 51) affecte une assurance que démentent les propos désemparés tenus la veille à Mme Gide, auprès de qui le jeune homme sollicite force conseils sur la conduite à tenir vis-à-vis de ses loueurs et fournisseurs (voir Corr. avec sa mère, pp. 69-73). Sur ce voyage, voir J. Delay, t. I, « La Retraite dauphinoise », pp. 446-461, les lettres d'alors à Mme Paul Gide dans la Corr. avec sa mère, pp. 63-97, ainsi que la carte de l'itinéraire, ibid., p. 70.

-- Décembre : à Montpellier (rencontre de Paul Valéry).

 

1891

 

 

-- Janvier  : à Arcachon.

-- Février-mars  : à Paris.

-- Juin : à Uzès.

-- Juillet : Hollande (Bruges, Ostende, Alkmaar, Anvers, Amsterdam, La Haye).

-- Août : Belgique (Bruxelles, Dinant) ; puis vers Nancy, et retour. Voyage à pied dans les Vosges, puis La Roque.

-- Septembre : à Belle-lsle. Puis La Roque jusqu'en novembre.

-- Fin décembre à Uzès.

 

1892

 

 

-- Janvier : Uzès et Montpellier.

-- Avril-mai : Strasbourg, Nancy, Paris, Munich. Été à La Roque.

-- 15-30 août en Bretagne avec Henri de Régnier (Belle-lsle, Camaret, Lorient).

-- 15-22 novembre à Nancy (service militaire).

 

1893

 

 

-- Mars : à Montpellier, puis en Espagne avec sa mère (Séville, Grenade) jusqu'à la fin d'avril.

-- Mai : à Paris; séjour à Yport, chez les Laurens, au cours de la secon de quinzaine.

-- Août : Honfleur, Saint-Malo, Paris, La Roque.

-- Septembre : Yport.

-- 1er voyage en Afrique du Nord (octobre 1893-avril 1894-juillet 1894) :

En raison du sévère accident pulmonaire dont Gide devait être victime dès le début du voyage, l'itinéraire initialement prévu fut modifié (la carte du périple effectué est produite dans la Corr. avec sa mère, Gallimard, 1988, p.230) : arrivés à Tunis le 21 octobre 1893, les voyageurs gagnent Sousse le 11 novembre. Là, le médecin conseille à Gide de s'établir à Biskra pour l'hiver, et d'y effectuer sa convalescence. Par Tunis à nouveau, les jeunes gens gagnent, en chemin de fer, cette ville du sud algérien, le 22 novembre. Ils y séjourneront jusqu'au début d'avril 1894.

1894

 

Cependant, alarmée par l'état de santé d'André, Mme Gide est arrivée à Biskra le 7 février. Sept semaines plus tard, tous repartiront pour Tunis, où l'on se séparera : Juliette s'embarquera pour Marseille, tandis que les jeunes gens continueront leur voyage vers Malte, Syracuse (4 avril), Messine, Rome (12 avril-23 mai), Florence (23 mai-24 juin). Alors, André s'entend conseiller l'air des montagnes. Seul, il se rend à Genève (25 et 26 juin), et, dans les environs, à Champel, suit une cure d'hydrothérapie jusqu'au 24 juillet, avant de regagner Paris, et presque aussitôt La Roque.

 

Voir : les lettres échangées avec Juliette Gide pendant ce long voyage dans Corr. avec sa mère, pp. 191-440, et le récit de Gide dans Si le grain ne meurt, II, chap. I, Pléiade éd. 1972, pp. 550-575.

-- Août : La Roque. Paris. Lausanne (20-23), puis voyage en Haute Engadine : à Coire le 31.

-- Septembre : Saint-Moritz du 4 au 6, Lecco le 9. De là, périple italien de dix jours : Milan, Côme, retour à Neuchâtel le 18, jusqu'au début d'octobre.

-- Octobre : Neuchâtel, Genève le 12, La Brévine à partir du 17 octobre.

-- Décembre : La Brévine jusqu'au 14. Paris, Montpellier en fin d'année.

 

1895

 
 

-- Janvier : Montpellier jusqu'au 13. Aix-en-Provence le 18, Marseille le 20.

-- 2ème voyage en Afrique du Nord (22 janvier-début avril 1895) :

Alger le 22, Blidah le 24, Alger du 28 au 31 janvier. -- Février : Sétif le 3. Biskra, du 6 février au 20 mars. -- Avril : Alger, du ler au 5. Montpellier le 15, puis Paris.

-- Mai-juin : à La Roque (mort de Mme Gide).

-- Juillet : La Queue-en-Brie, chez Eugène Rouart.

-- Octobre :  Après son mariage avec Madeleine Rondeaux, Gide part en voyage de noces pour près de sept mois (octobre 1895-mai 1896). Les jeunes époux visiteront successivement le Midi de la France, puis la Suisse (1er novembre-6 décembre) : arrêt à Genève pour gagner Neuchâtel, où Gide a déjà séjourné seul un an plus tôt (fin septembre-début octobre 1894). Ils y resteront jusqu'au 1er novembre, date à laquelle ils s'installeront à Saint-Moritz, pour plus d'un mois. Puis c'est l'Italie (15 décembre 1895 à mi-février 1896) : Rome, Naples (où les époux retrouvent Fédor Rosenberg, qui les accompagnera en Afrique du Nord), Capri, Paestum, la Sicile (Syracuse, 22 février) et Malte, d'où embarquement le 25 février pour Tunis.

 

1896

 

-- 3ème voyage en Afrique du Nord (début mars-mi-avril 1896) :

Fin février-mi-avril : continuation du voyage de noces : Tunis, El Kantara, Biskra (où les époux sont rejoints par Eugène Rouart et Francis Jammes), Touggourt, M'Reyer...

 

     Gide a consigné ses impressions de voyage dans des « Feuilles de route, 1895-96 », rattachées au Journal (t.I, éd. 1996, pp.200-236). Sur cet épisode, voir Cl. Martin, La Maturité d'André Gide, Klincksieck, chap.II : « Le voyage de noces de l'immoraliste », notamment pp.85-131.

-- Mai : Paris. La Roque. Le reste de l'année entre La Roque, Paris et Cuverville.

 

1897

 

 

-- Avril : en Italie avec Madeleine. Départ de Paris le 4 ou 5 avril ; à Marseille, pour prendre Fedor Rosenberg ; puis Saint-Raphaël, le 7 ; à Gênes le 9 avril ; Rome, le 13 ; à Naples, le 15 ; 3 semaines à Ravello à l'Hôtel Palumbo, mais avec des excursions à Naples, Amalfi, Minori, la Cava.

 

[v. Claude Martin, La MaturitéŠ, p.187, sqq].

-- Fin mai : retour par Florence, d'où départ le 20 vers Genève. La fin du mois en Suisse. Le 27 à Lostorf (cure de Madeleine), jusqu'au 4 juin. Retour à La Roque pour l'été.

-- Fin de l'année à Nice.

 

1898

 

 

-- Février-mars : à Rome jusque vers le 25 mars. Orvieto, Pérouse, Assise le 28.

-- Avril : en Italie. À Venise le 17.

-- Mai : retour par le Tyrol (Arco) puis l'Allemagne (Munich le 9), Strasbourg, Nancy.

-- Août : à Lostorf (cure de Madeleine).

 

1899

 

 

-- Printemps : 4ème voyage en Afrique du Nord. Marseille (10 mars) ; Bône (18), Tunis (20 mars). Alger (10 mars). Oran (19 mars). Cinq jours à El Kantara (début avril). Retour par l'Espagne (27 avril à Madrid). Paris (2 mai).

 

Gide écrit Mopsus.

-- Octobre : à Lamalou.

 

1900

 

 

-- Fin mars : à Bruxelles avec Jammes, pour une conférence.

-- Début avril à Anvers. Retour en France. Séjour à Orthez.

-- Octobre : à Lamalou.

-- Novembre : 5ème voyage en Algérie et Tunisie avec Madeleine et Ghéon. Marseille (4 novembre), Alger (jusqu'au 24 novembre). Oued Souf avec H. Ghéon (20 décembre) ; Biskra le 26 ; à Tunis le 30.

 

Voir Amyntas.

 

1901

 

 

-- Janvier : retour parTunis, Bizerte et Trajani.

-- Mars : départ le 15 pour Naples (voyage de trois jours).

-- Été : entre Paris, Cuverville et La Roque.

 

1902

 

 

-- Février : à Bruxelles les 9-12. La Flèche.

-- L'année entre Cuverville et Paris.

 

1903

 

 

-- Juillet-août : en Allemagne. Weimar (conférence), Bad-Kissingen (le 6 août), Francfort.

-- Octobre : le 10, départ pour l'Afrique du Nord. Alger le l5. Bou-Saada.

-- Novembre : à Alger jusqu'au 28. A Biskra le 30.

-- Décembre  : Biskra le 15 . Tunis le 28 .

 

1904

 

 

-- Janvier : retour d'Afrique. À Messine le 3. Naples. À Rome fin janvier, d'où départ pour Paris au début de février.

-- Fin mars à Bruxelles (conférence).

 

1905

 

 

-- Début février : à Rome.

-- Avril : au pays basque; à Hendaye le 17. Retour à Cuverville vers le 20.

-- Mai : à Bagnols-de-Grenade.

-- Septembre : le 5, départ pour le midi (Nîmes). À Cuverville à la fin du mois.

 

1906

 

 

-- Fin janvier : en Allemagne, jusqu'au 30 ; séjour à Vienne.

 

1908

 

 

-- Mars : en Italie. A Gênes pour quinze jours environ. Rapallo. Retour le 20.

-- Début juin : à Trégastel.

-- Fin juillet : huit jours à Bagnols-de-Grenade.

-- Août : dans les Pyrénées. À Banyuls le 11. Argelès.

 

1909

 

 

-- 2 mars : départ pour Rome. Arrivé le 4 à Rome, où il est accueilli par Maria Van Rysselberghe, il y séjourne jusqu'au 25 mars, puis gagne le Mont-Cassin, Arezzo, et retrouve les Van Rysselberghe à Florence, le 6 avril, les quitte le 14. Retour le 15 avril.

 

Voir le « Cahier III bis » des Cahiers de la Petite Dame, partiellement publié par P. Masson dans le B.A.A.G., n° 97, janvier 1993, pp. 110-116. Ce séjour commun est l'occasion d'entières et pathétiques confidences sur la vie intime de Gide et de la Petite Dame [p. 113-115, notamment].

-- Août : à Bagnols-de-Grenade le 11.

 

1910

 

 

-- Mi-mars-mi-avril : en Espagne avec Copeau. Le 28 à Murcie, le 4 avril à Barcelone.

-- Août : Toulouse le 6, puis Bagnols, bords de la Garonne le 18, puis voyage en Andorre (Ax-les-Thermes le 18, Seo d'Urgel le 21, Bourg-Madame le 22). Puis Nîmes, le Grau-du-Roi.

-- Septembre : Hyères. À Pontigny du 10 au 19.

 

1911

 

 

-- Février : à Bruges, chez l'imprimeur de La NRF.

-- Mai : neuf jours à Bruges vers la fin du mois.

-- 7-21 juillet : douze jours à Londres. En compagnie de Valery Larbaud, qui prépare alors une thèse de doctorat sur Chesterton. Il s'agit du second voyage de Gide en Angleterre (après celui d'octobre 1888). Il réside à l'Hôtel Curzon, déjeûne le 10 juillet avec Edmund Gosse à la Chambre des Lords, où il travaille comme bibliothécaire, et le 17 juillet rend visite à Arthur Symons (Island Cottage), en compagnie de Larbaud et Agnes Tobin. Sur la suggestion de Symons, ils se rendent chez Conrad (Capel House, Orleston), y retournent le lendemain et prennent des photos dans le jardin. Le 19, Gide se rend à Harwich.

 

[Voir D. Steel, « Escape and Aftermath : Gide in Cambridge 1918 », in The Yearbook of English Studies, vol. 15, 1985, p. 127-8].

Dix jours à Pontigny.

-- Mi-novembre : à Bagnols.

 

1912

 

 

-- Janvier : en Suisse (après Vichy : Neuchâtel, Zurich, Andermatt). Retour le 29.

-- Mars : à Marseille le 2, à Cannes le 6. Renonce à Tunis, part pour l'Italie : Florence le 11, Pise le 16, dix jours à Florence, Sienne, Assise... Retour à Paris le 27 avril.

-- Septembre : en Italie. Le 12 à San Benedetto del Tronto, le 21 à Aquila, huit jours à Florence, huit sur l'Adriatique, quinze à Acquasanta. Retour le 3 octobre.

-- Début novembre : à Bagnols et Narbonne.

-- Décembre : en Angleterre (Londres). Principalement pour remercier Gosse de son essai élogieux sur Gide dans Portrait and Sketches (1912). Réside au Charing Cross Hotel et passe la soirée de Noël chez Gosse, en compagnie de Henry James. Le 30 décembre, il dîne avec Edith Sichel et George Moore. Nouvelle visite aux Conrad (en relation avec les efforts de Gide pour faire traduire en français les oeuvres de cet auteur) ; Gide fait cadeau d'un meccano à son fils John.

 

[Voir D. Steel, « Escape and AftermathŠ », p. 128].

 

1913

 

 

-- Avril : départ pour l'Italie. Florence, Sienne, Assise, Pérouse, Rome. Retour le 14 mai.

-- Fin juillet : en Italie. Tivoli, Vallombrosa. Retour peu après le 10 août.

-- Fin novembre : à Bruges.

 

1914

 

 

-- Mars : à Florence du 3 au 19. Retrouve Jacques Raverat, qu'il a connu aux décades de Pontigny, durant l'été 1910.

-- Fin avril : départ pour la Turquie, en passant par l'Italie du nord. Constantinople, Brousse, Nicée, Éphèse, Smyrne.

-- Fin mai : retour par la Grèce puis l'Italie : Delphes le 25, Venise le 29, puis Vérone et Milan.

-- 28 juillet : départ pour l'Angleterre annulé en raison de l'imminence de la guerre.

 

1915

 

 

-- Novembre : à Avignon.

 

1916

 

 

-- mi-juillet-5 septembre : dans le Midi. « J'avais quitté Cuverville dans la première semaine de juillet ; passé chez les Théo un mois, parti pour Toulouse, dans les premiers jours d'août. Après une semaine à Bagnols, été avec Eugène Rouart au Mas, à Amélie-les-Bains, Perpignan et Banyuls (où l'on nous arrêta parce que nos papiers n'etaient pas en règle). -- Retour à Paris ; une semaine chez les Théo ; puis à Cuverville de nouveau. M'y voici depuis dix jours; tout désemparé, sans espoir, sans joie, sans vertu. J'attendais l'arrivée d'un stylo promis, pour commencer ce cahier où je vais tâcher de reprendre valeur. » Journal, 15 septembre 1916, t. I, p. 951.

 

1917

 

 

-- 23 mars-18 avril : [Quittant Cuverville, il se rend dans le Midi (d'abord pour y revoir F.-P. Alibert en permission, à Bagnols-de-Grenade chez Eugène Rouart, puis chez lui à Carcassonne ; ensuite « Les Sources », près de Nîmes, chez son oncle Charles Gide). Au retour, ne fait qu'un arrêt rapide à Paris, autour du 17 avril, et regagne Cuverville]. Voir Journal, t. I, p. 1029 ; F.-P. Alibert, « Sur la lice d'Arles, du côté des Alyscamps. Une confidence d'André Gide », BAAG, n° 24, p. 27.

-- 6 août : départ pour la Suisse : Engelberg, du 6 au 8 août, pour y rencontrer Jacques Rivière, récemment libéré d'Allemagne et transféré. Le 9 août à Genève pour y récupérer André et Marc Allégret, au sortir du camp d'Éclaireurs de Chanivaz. Séjour aux Diablerets, où il discute avec Stravinski d'une éventuelle collaboration pour une adaptation musicale d'Antoine et Cléopâtre  ; excursions en montagne avec les Allégret (du 11 au 17 août). Toujours avec les Allégret à Saas Fee (du 19 au 26 août). A Genève chez les Breitenstein (28 et 29 août). Arrivée le 30 août à La Sapinière (Charmes-la-Grande), propriété où la famille Allégret passe ses vacances. Gide y séjourne jusqu'au 8 septembre. Le 9, accompagné d'André et Marc Allégret, il fait un voyage éclair à Montbéliard, où s'effectue la jonction avec Jean Schlumberger. Retour à Paris, puis à Cuverville le 18 septembre.

 

1918

 

 

-- Début avril : une semaine à Carantec avec Marc.

-- 18 juin : départ pour l'Angleterre avec Marc. Londres du 21 au 25. Stevenage.

-- Juillet : à Grantchester. Long séjour à Cambridge jusqu'en septembre. Retour en France le 7 octobre.

 

1919

 

 

-- Mars : à Roquebrune. Début mai : au Luxembourg, chez les Mayrisch. Fin juillet-fin août : à Dudelange, puis à Luxembourg. Fin décembre : à Bruxelles.

 

1920

 

 

-- Janvier : à Dudelange.

Juillet-août : en Angleterre avec Marc. Le 10 août à Gwen y Glo, le 23 à Llanberis, le 31 à Comarques.

Revoit Goldworthy Lowes Dickinson, professeur à Cambridge, dont il a fait la connaissance durant l'été 1918, et lui apporte un exemplaire de l'édition restreinte de Corydon, qu'il le charge de transmettre à E. M. Forster.

Mi-septembre : à Colpach.

Décembre : Du 4 au 6, à Arles pour y rencontrer F.-P. Alibert, qu'il n'a pas vu depuis trois ans.

« La première fois que nous nous sommes revus, André Gide et moi, après mon retour d'Orient, nous résolûmes d'un commun accord de nous retrouver chaque année dans une ville du littoral méditerranéen. Ce fut, en décembre 1920, Arles, puis successivement Nîmes, si j'ai bonne mémoire, Aigues Mortes et le Grau-du Roi, enfin Avignon.  » F.-P. Alibert,« Sur la lice d'Arles, du côté des Alyscamps. Une confidence d'André Gide », BAAG, n° 24, pp. 27-32, repris dans Corr. avec François-Paul Alibert , pp. 477-481. [Retrace avec précision les conversations échangées à cette occasion, notamment à propos des lettres brûlées par Madeleine en 1918, et du drame conjugal. A l'occasion de ce voyage, Gide, comme annoncé dans sa lettre du 5 novembre 1920, dans leur Corr., p. 202) a également apporté à son ami un des vingt-et-un exemplaires de la 2me édition de Corydon].

 

1921

 

 

-- Fin janvier : départ pour le Midi.

-- Mars : Roquebrune.

-- Avril : à Brignoles jusqu'au 22. Puis Paris et Cuverville.

-- 5-30 août : à Colpach.

-- Septembre : dans le midi. Hyères le 2, «La Bastide», Saint-Clair, Le Grau-du-Roi le 17. A Paris le 25.

-- ler novembre : départ pour Roquebrune, puis voyage en Italie Rome (au moins du 4 au 10), Pise, Sienne, Orvieto, Rome. Retour à Cuverville le 24.

 

1922

 

 

-- Juillet : du 29 juin au 10 juillet à Porquerolles, chez Roger Martin du Gard, puis à Hyères le 12, à « La Bastide » le 17.

-- Août : Carry-le-Rouet. À Pontigny du 14 au 24.

-- Septembre : à Colpach le 3, Bruxelles le 5, Colpach du 10 au 20. Retour le 20 à Cuverville.

 

1923

 

 

-- 11 janvier : départ pour Roquebrune, chez les Bussy, pour dix-huit jours. Le 29, départ pour l'Italie.

-- Février : Rapallo à partir du 29 janvier.A Portofino le 14 février, puis de nouveau Rapallo jusqu'au vendredi 23 février, et ensuite Annecy du 23 février au 5 mars.

-- Mars : retour le 10 à Cuverville.

Le 25, départ pour le Maroc.

[ Départ de Marseille le 25/3. Escale à Tanger le mercredi 28/3. Arrivée à Casablanca le jeudi 29/3. A Marrakech, à partir du vendredi 30 et jusqu'au mardi 3/4. Mogador mercredi 4/4. Safi, jeudi 5. Mazagan, vendredi 6, et retour à Casablanca. Rabat, samedi 7 et le soir, dîner à la Résidence avec Lyautey ; sans doute plusieurs jours en cette ville. Fès, jeudi 12, et peut-être pour 2 jours. Meknès, dès le dimanche 15, et lundi 16/4. Sans doute retour par Alger (où séjour de 2 jours, Journal, t. I, p. 1213). Arrivée à Paris le 21/4, puis à Cuverville le 26 au soir. Voir le Journal, t. I, pp. 1207-1213).]

-- Mi-mai : quatre jours à Annecy-Talloires avec Marc.

-- Juin : aux Baux le 26, à Arles le 27, à Saint-Martin-en-Vésubie le 30 jusqu'à la mi-juillet.

-- Juillet : Nice, Hyères jusqu'au ler août.

-- Août : voyage en Corse. Arrivée le 3. Retour à Nice le 9, puis « La Bastide ».

-- 4 septembre : départ pour la Tunisie avec Marc. Retour le 7 octobre à Cuverville.

 

1924

 

 

-- Mars : dans le midi (« La Bastide », Vence).

-- 2 avril : à Roquebrune jusqu'à la fin du mois.

-- Juillet : à Coxyde (Belgique), avec les Théo Van Rysselberghe.

-- 26 octobre : départ pour le Congo différé.

 

1925

 

 

-- Février-avril : dans le midi (Hyères, « La Bastide »).

-- 14 juillet : départ pour le Congo. À Dakar le 26.

-- Août : Le 10 à Matadi, le 20 à Brazzaville.

-- 30 septembre : à Bangui, jusqu'à la fin d'octobre.

-- Début novembre à Nola, fin novembre à Abba.

-- Début décembre à Bosoum, fin décembre à Fort-Archambault.

 

1926

 

 

-- Début janvier à Fort-Archambault.

-- 20 février départ de Fort-Lamy et retour par le Tchad. Fin du voyage en mai.

-- 30 juillet départ pour le midi. À Brignoles le 8 août. À Pontigny fin août.

-- 13 septembre départ pour Tunis avec Marc. Retour à Paris le 2 octobre.

 

1927

 

 

-- Début janvier : dans le midi. Saint-Clair le 10, Roquebrune le 16, Sainte-Maxime, puis Saint-Clair, jusqu'au 16 février.

-- Avril : à Neuchatel le 17, à Lausanne le 19, à Zurich le 29 (pour douze jours) .

-- Mai : Neuchâtel, Zurich du 3 au 10, Bâle le 11, Heidelberg le 12. Retour le 17.

-- Août : dans le midi. À Théoule le 18.

-- Fin octobre  : deux jours à Carcassonne.

 

1928

 

 

-- 15 janvier-3 février : à Berlin (conférence).

-- 3 mars--15 mars : dans le midi ( « La Bastide » ) .

-- Fin mai : en Belgique (conférence à Bruxelles), puis en Hollande (La Haye, Amsterdam) et au Luxembourg. Retour le 30.

-- Juillet : le ler à Marseille. À Hammamet entre le 6 et le 17. À Tunis le 19. Retour à Paris le 21.

-- Début septembre : à Saint-Clair.

-- Fin octobre : une semaine à Roquebrune, un jour à Carcassonne. Retour à Cuverville le 3 novembre.

 

1929

 

 

-- 12 janvier : départ de Marseille pour l'Algérie avec Marc. Retour à Paris le 24.

-- Mai : à Roquebrune. Le 24 aux Saintes-Maries.

-- Juillet : à Gréoux, puis à Manosque.

-- 28 septembre-3 octobre : à Bruxelles.

-- Fin novembre  : dans le midi. « Le Pin », Brignoles, Roquebrune, jusqu'en décembre.

 

1930

 

 

-- Début janvier : retour du midi.

-- Début février : à Vence, puis Roquebrune jusqu'au 11 mars. Fin avril : en Allemagne (Stuttgart, Bonn).

-- Début mai : à Berlin et Ems. Retour le 25.

-- Juin : cure à Challes-les-Eaux jusqu'au début de juillet. 12-18 juillet : à Berlin.

-- Août : Arcachon le 10, Carcassonne le 17, Marseille le 20, d'où départ pour la Corse (Bastia, Calvi). Retour à Nice le 31. Septembre : Col d'Allos, Barcelonette, Briançon, puis Cuverville.

-- Début novembre : dans le midi (Brignoles, Saint-Clair). A Marseille le 11 ; le 12, départ pour la Tunisie avec Élisabeth Van Rysselberghe. Tunis le 14, Gabès le 21, Djerba le 26.

-- 19-décembre : retour en France.

 

1931

 

 

-- Début janvier : à Saint-Clair. Puis Paris.

-- 21 février : départ pour Marseille, puis huit jours à Roquebrune. Vence.

-- Mars : Vence, Grasse, Marseille. Retour à Paris le 8 avril.

-- Juin : Marseille le 4, Roquebrune le 9, Avignon.

À Paris le 20.

-- Juillet : en Allemagne (Munich, Berlin). Retour à Paris le 19

-- Mi-août : dans le midi (Saint-Clair, Marseille). Retour le 2 Septembre.

-- Septembre : le 12 dans le midi, le 13 à Bastia. Deux jours seulement en Corse.

-- Début décembre : à Berlin.

 

1932

 

 

-- 8 janvier : à Roquebrune.

-- Début février : à Bruxelles. Retour le 8.

-- Mai : à Bayonne le 5, à Tanger le 8. Fez. Retour à Paris 19. À Berlin à la fin du mois.

-- Juin : à Darmstadt (représentation d'‘dipe). Puis Cuverville. La fin du mois à Saint-Clair, Marseille, Cassis, jusqu'au début de juillet.

-- 7-12 août : à Berlin.

-- Fin août : à Berlin jusqu'au 28 .

-- Fin octobre-début novembre : à Berlin.

 

1933

 

 

-- Début février : à Wiesbaden, avec Ida Rubinstein. Dans le midi à partir du 16.

-- Avril : à Roquebrune.

-- Juin : cure à Vittel.

-- Juillet : à Paris le 7. Fin du mois : une semaine dans les Ardennes belges.

-- Début août : à Bruxelles.

-- 10-30 novembre : à Lausanne, pour les répétitions des Caves du Vatican.

-- Décembre : à Genève, puis Lausanne pour six semaines.

 

1934

 

 

-- Janvier : Lausanne, puis Berlin (le 4) avec Malraux.

-- 1er février : arrivée à Syracuse (après 47 heures de voyage). Rome, Naples. Syracuse surtout, d'où il repart le ler mars.

-- 30 mars : à Manosque.

-- Avril : Marseille, Nice, Cabris. Randonnée en auto dans le Tyrol italien. Séjour à Londres.

-- Fin mai-début juin : en Italie du nord. Puis randonnée en auto dans le midi avec Marc. Retour à Paris le 22 juin.

-- Juillet : à Lausanne le 10 ; à Karlsbad du 18 au 28.

-- Août : le 5 à Prague. Le 16 à Ascona. Puis Arona, Nice, Cabris.

 

1935

 

 

-- Début janvier : à Rome avec Robert Levesque.

-- Début février : en Belgique. Dix jours en auto avec Yves Allégret. Retour le 16.

-- 19 mars : départ pour l'Espagne avec Jef Last. Puis le Maroc (Tanger, Fez, Algésiras le 22 avril). Retour à Paris le 28 avril.

-- Fin mai-début juin : à Hossegor (Congrès des Écrivains).

-- Juillet : milieu du mois à Chamonix. Fin du mois, voyage autour du Mont Blanc. Puis cure à La Lenk (dix-huit jours).

-- Novembre : à Roquebrune.

 

1936

 

 

-- Février : voyage en Afrique Équatoriale avec Marcel de Coppet. Le 12 en mer, le 14 à Alger, le 19 à Dakar, le 23 à Casablanca. En mars à Saint-Louis du Sénégal. Retour en avril (à Nice le 24).

-- 17 juin-22 août : voyage en URSS.

 

1937

 

 

-- Fin 1936-début 1937 : en Suisse (« lugubres vacances »).

-- Fin avril : dans le midi (Vence).

-- Mi-juin : une semaine en Hollande.

-- Juin-juillet : entre Paris et Cuverville.

-- Août : séjour de trois semaines en Italie avec Robert Levesque. À Sorrente, d'où retour vers le 22.

 

1938

 

 

-- Janvier-février : envoyé en AOF, avec Pierre Herbart, par la commission d'enquête. Dakar le 19 janvier, Bamako le 6 février, Dalaba le 18. Retour à Paris au début de mars.

-- Mai : à Pontigny le 7. À Bellême le 19.

-- Juin : voyage en Hollande (« huit jours de grelottement » ). Retour le 18.

 

1939

 

 

-- 26 janvier : embarquement à Marseille pour l'Égypte.

-- 24 février : Le Caire.

-- En Égypte jusqu'à la fin du mois (Louxor, Assouan). Puis en Grèce avec Robert Levesque. Retour à Paris au milieu d'avril.

-- Juin : à Malagar, jusqu'au 11 juillet.

-- Fin juillet : au Mont-Dore.

-- Septembre : dans le midi. Cabris à la fin du mois jusqu'au début d'octobre.

-- 14 octobre : à Nice, jusqu'à la fin de l'année.

 

1940

 

 

-- Janvier-avril : à Nice.

-- Avril-mai : à Vence.

-- 22 juillet : à Cabris jusqu'en juillet 1941.

-- Août : séjours.à Antibes et à Vence.

 

1941

 

 

-- Août : trois semaines à La Croix-Valmer.

-- Septembre : à Grasse. Puis à Nice jusqu'à la fin de l'année.

 

1942

 

 

-- Printemps : à Nice.

-- 4 mai : départ de Marseille pour Tunis.

(Voir Journal, éd. 1998, t. II, p. 810. Accueilli à Tunis par le libraire Maurice Tournier : v. BAAG, n° 96, pp. 464-468).

-- Mi-juin : installation à Sidi-bou-Saïd, dans la villa de l'architecte Théo Reymond. Rapports difficiles avec leur fils François, né en 1927, que Gide, dans son Journal, désigne sous le nom de Victor (v. François Derais-Henri Rambaud, L'Envers du Journal de Gide, Paris : Le Nouveau portique, 1951, 263 p.)

-- Retour à Tunis jusqu'en décembre.

 

1943

 

 

-- À Tunis jusqu'au 27 mai. Puis à Alger.

-- Octobre : à Fez.

-- Fin décembre : Alger.

 

1944

 

 

-- À Fez jusqu'au 8 février. Puis à Alger.

-- 3 avril : départ pour Gao (en mission au Soudan). Alger à la fin du mois.

-- Aout-décembre : à Alger.

 

1945

 

 

-- Printemps : à Alger.

-- 2-16 avril : excursion à Biskra, El Kantara, Touggourt.

-- Mai : retour à Paris.

-- 12-24 août : au Mont-Dore.

-- Décembre : passage par l'Italie (le 15 à Naples pour quatre jours) pour se rendre au Liban et en Égypte (à Louxor à partir du 28).

 

1946

 

 

-- Début janvier : Assouan et sa région. -- Février: Assouan, puis Louxor le 9, Nag Hammadi le 24, Le Caire.

-- Avril : retour par le Liban (conférence à Beyrouth le 12). En France le 16.

-- Juin à Munich.

-- Août: en Autriche, puis en Suisse (Neuchâtel). Retour à Paris au milieu de septembre.

-- Décembre: à Hyères. Puis Genève.

 

1947

 

 

-- Janvier : à Genève.

-- Fin mars en Italie, pour cinq semaines (Ascona et Ponte Tresa). Retour le 1er mai.

-- Juin : Oxford (docteur honoris causa). Le 20, départ pour l'Allemagne (Tübingen, Munich, Berlin). Retour le 12 juillet.

-- Fin août dans les Landes.

-- Novembre-décembre : à Neuchâtel.

 

1948

 

 

-- Janvier-février : à Neuchâtel. A Paris à la fin de février.

-- Mi-juillet : huit semaines en Italie, à Torri del Benaco, en passant par Ascona. Retour à Grasse le 15 septembre.

-- Octobre-décembre : dans le Midi (Nice et Grasse).

 

1949

 

 

-- Avril-mai : Nice.

-- Juin : Saint-Paul-de-Vence.

-- Eté : Juan-les-Pins.

-- Hiver 1949-50 : long séjour dans le Midi, imposé par la maladie.

 

1950

 

 

-- Février-mars à Juan-les-Pins.

-- Avril : le 15, départ pour Taormina, via Rome. Taormina en avril-mai, puis Mezzaro, Syracuse, Palerme, Naples, Paestum.

-- Juin à Sorrente.

-- Debut juillet : à Rapallo. Retour en France le 10.

-- Fin juillet-début septembre : à Antibes et Grasse.

-- 13 septembre : retour définitif à Paris.

 

Retour au menu principal