Le Correspondant

[25 novembre 1909] [?]

 

[Anonyme]

 

La Porte étroite, par André Gide. Un vol. in 16. (Mercure de France)

 

Ce roman, qui se passe en milieu protestant, est tout à fait curieux. Une jeune fille, très mystique, se persuade qu’elle est un obstacle aux progrès spirituels de celui qu'elle aime et qui veut l’épouser. Elle s’efforce de le détacher d'elle pour qu’il s'élève plus librement vers Dieu. Elle meurt sans y avoir réussi. On se dit que, catholique, elle aurait vécu : son directeur lui aurait montré ce qu'il y avait de chimérique dans un tel sacrifice. Il aurait calmé son exaltation si périlleuse. Mais on ne peut s’empêcher d’être pris par l'intense émotion qui se dégage de ce récit extraordinaire. Pour créer une telle œuvre, pour la rendre vivante, à ce point, il fallait un très grand talent.

Retour au menu principal