La Revue générale

t.XCIV, novembre 1911

 

Emile Faguet

 

Isabelle, de M. André Gide, vaut peu, certainement ; je la signale cependant, d’abord parce que ce m’est une occasion de rappeler que M. André Gide a écrit La Porte Étroite, laquelle pourrait être rien de moins qu’un chef-d’œuvre ; ensuite, parce que, même dans Isabelle, il faut signaler les cinquante ou soixante premières pages, celles où les personnages sont présentés et qui sont une suite de portraits, ou, si vous voulez, de caricatures, d’une vivacité et d’un tour de main très divertissants. Il y a même là un nouveau côté, très curieux à considérer, du talent de M. Gide. Il faut au moins jeter les yeux sur cela.

Retour au menu principal