Revue Encyclopédique

1er mai 1892

 

Alcide Bonneau

 

Un poème romantique, [titre illisible], termine le volume. Les Poésies d’André Walter, publiées par M. André Gide, ne sont que de la prose rythmée, avec quelques rimes ça et là : mais certaines pages ont beaucoup de douceur, et l’auteur rencontre parfois la simplicité, la naïveté d’un primitif :

 

ÉCLIPSE

 

Une nuit nous sommes sortis de notre chambre basse

Parce que nous sentions qu'il faisait très tiède dehors;

Nous tenions chacun un faible flambeau entre nos mains lasses ;

Nous nous guidions en suivant cette lumière des yeux.

 

Mais, dehors, le vent tiède a soufflé nos lumières,

Et nous avons erré dans l'obscurité.

Dehors, il y avait de grandes branches d'arbre

Qui mouillaient nos fronts avec des gouttes de rosée…

 

Nous sommes des petits enfants dans un bois

Nous sommes des marins sous des ciels sans étoiles

Nous sommes comme des hirondelles

Qui ont perdu le vol fuyant des sœurs.