L’Art libre

Juin 1892

 

Camille Mauclair

 

 

Parus chez Bailly, Librairie de l'Art indépendant, les Poésies d'André Walter et le Traité du Narcisse, par André Gide.

 

Les Poésies, étranges, douces, violentes, d'un rythme inconnu, sont, pour la plupart, des notations sensitives d'une délicatesse inouïe. On n'en pourrait causer sans les déflorer. Le mieux est de lire ces choses ingénues, ces fleurs d'une âme liante et subtile de métaphysicien maladif. Il y a là des mots poignants, et si l'ensemble est en dehors de l'esthétique, on ne peut que louer la grande sincérité qui s'y révèle.

Le Traité du Narcisse est une des théories symboliques les plus complètes qui aient paru depuis dix ans. Voilà des paroles que les Morice et les Kahn n'eussent jamais pu formuler. Elles dénotent chez M. André Gide une organisation psychique de haute valeur, et d'intenses facultés de compréhension philosophique : opuscule à lire et à relire.