La Chimère

Juin 1892

 

Paul Redonnel

 

André Walter en ses proses m’enthousiasme, ses vers me laissent froid. J'ai tenté de m'expliquer pourquoi, car ses vers débordent de poésie. Et il m'est tant venu à l'esprit de métaphores que je n'en transcris aucune. Chateaubriand aussi écrivit en vers avec lequel ce poète-ci est bien apparenté. Toute cette critique relative : les poésies d'André Walter pâlissent après la lecture des cahiers d'André Walter ; elles auraient une fort bonne contenance sans doute après toute autre lecture.

Mais, nous ne blâmons pas, nous constatons. M. André Gide ne nous en gardera pas rancune. Nous sommes certains que son Traité du Narcisse est une merveilleuse prose.