La Plume

15 août 1895

 

Adolphe Retté

 

Voici un nouveau petit livre de M. Gide. On n'y trouvera pas la mélancolie passionnée des Cahiers d'André Walter ni le pessimisme féerique du Voyage d'Urien, ce périple aux confins de la connaissance qui est une manière de chef-d’œuvre. Ici M. Gide s'est donné le passe-temps de quelque ironie. Paludes irritera bien des gens : en effet, il ne s'y passe exactement rien du tout. Le héros se lamente, agace la dame qu'il honore de son attention... platonique, discute, non sans fatigue, avec des comparses burlesques, tente une œuvre sans avoir même le désir de la terminer et enfin se laisse vivre — comme abruti après quelques velléités de noter ses sensations. Paludes, c'est en somme la satire très fine d'un certain symbolisme quelque peu valétudinaire et surtout des procédés chers à M. Barrès. Le style a cette grâce un peu languissante dont M. Gide sait si bien les secrets. Enfin, pour achever de se moquer louablement du monde, M. Gide termine son livre par une « table des phrases les plus remarquables de Paludes ». Il note celle-ci : « Il dit : "Tiens ! tu travailles !" ». Puis il laisse au lecteur le soin de remplir la page selon son goût. Savoureuse mystification qu'on ne saurait trop approuver, tel est Paludes.

Retour au menu principal