La Lanterne de Diogène
1908

E. Gaubert

 

Trois livres sur ma table :

Les OEuvres complètes de Emmanuel Signoret.

Il y a sept ans, dans la Revue Encyclopédique, j'étais appelé à écrire mon premier article sur l'œuvre de ce poète, mort la veille, là-bas, a Lançon, loin de ce Paris qu'il avait rêvé de conquérir et des amitiés illustres qu'il avait fiévreusement et naïvement recherchées. Un jour quelqu'un dira l’abominable injustice de toute une génération à l'égard du mieux doué des lyriques de ce temps et l’on s'étonnera de la préface de M. André Gide, pour ne pas dire plus !

Il y a un mot connu.

— Ces Messieurs inventèrent Francis Jammes pour l’opposer à Signoret quand celui-ci s'avisa d’avoir presque autant de talent qu'il le proclamait.

En ce temps, M. Gide accablait M. Signoret de son ironie ; aujourd'hui, chargé de réunir les oeuvres complètes du poète, il omet deux poèmes importants.

Vraiment, les mânes facilement irritables de l’auteur de Daphné qui s'irritait à la moindre coquille, n'ont pas dû être apaisées ?

[…]

 

Retour au menu principal